Pourquoi y a-t-il des régions stars dans le monde du vin ?

{lang: 'fr'}

Pourquoi y a-t-il des régions stars dans le monde du vin ?

Illustration : Quentin Fossaert

Pourquoi ne parle-t-on jamais de grands vins du Nord-Pas de Calais ? Qu’est-ce qui fait que certaines régions comme le Bordelais ou la Bourgogne sont des stars dans le monde du vin ? C’est quoi un terroir, qu’est-ce que ça change ? La réponse à toutes ces questions se fonde sur trois éléments principaux …  

Le vin, c’est un peu comme une recette de cuisine. Les ingrédients sont très importants, tout comme le savoir-faire du cuisto. Dans le vin, les ingrédients principaux sont la terre, le climat et l’exposition des vignes au soleil. Associés au savoir-faire des hommes et des femmes, ceux-ci peuvent donner de véritables chefs d’œuvres. Seulement, il n’y a que quelques régions qui possèdent toutes ces qualités.

La terre, un emplacement stratégique

La terre détermine le choix du cépage (type de raisin) que l’on va cultiver. Certains pieds de vignes préfèrent certains sols à d’autres, tantôt caillouteux, tantôt argileux, calcaires ou autres.

C’est quoi un sol de qualité ?

En fait, un sol de qualité c’est comme un repas équilibré : il faut une proportion idéale de minéraux (calcium, magnésium,  phosphore, etc.) qui permettront à la vigne de bien s’alimenter. Cette proportion varie selon les cépages. De plus, comme tout être vivant, le pied de vigne doit respirer. La terre ne doit donc pas être trop tassée pour permettre aux racines de pouvoir s’enfoncer plus facilement et d’accéder à des couches inférieur du sol où se situent d’autres types de minéraux. Des racines étendues profondément permettront donc d’exploiter davantage la richesse du sol.

Attention cependant ! Une terre trop fertile n’est généralement pas adaptée à la viticulture car elle favorise plus le feuillage que le fruit. Si la terre est pauvre en surface, les racines vont devoir puiser leurs minéraux plus profondément et donc accéder à une palette plus large. Les arômes du raisin gagneront donc en complexité. De plus les racines n’aiment pas avoir constamment les pieds dans l’eau, la vigne ne va donc pas s’épanouir sur un sol marécageux.

Enfin deux autres paramètres sont trop souvent oubliés alors qu’ils sont essentiels pour composer un terroir : la pédofaune, c’est à dire toutes les bestioles qui grouillent sous vos pieds et qui donnent une bonne terre comme les vers de terre, ainsi que les micro-organismes, c’est à dire tout ce qui est bactéries, qui sont essentielles à la transformation d’un sol. Vous comprendrez donc naturellement que les pesticide et traitements chimiques tuent cette petite faune et les micro-organismes, ce qui fait décliner la qualité d’un terroir ! Tuer ces organismes vivant c’est déséquilibrer le terroir et donc fragiliser l’écosystème, ce qui a pour conséquence de rendre les vignes plus sensibles à certaines maladies.

Le climat ou le paramètre non maîtrisable  

Le climat c’est le paramètre totalement incontrôlable qui fait qu’une année ne ressemble jamais à une autre ! Mais finalement, c’est ce qui fait aussi le charme du vin, ça n’est pas un produit totalement standardisé en usine !

Si le soleil est essentiel pour faire mûrir le raisin, certains cépages s’adaptent mieux à des climats chauds et secs tandis que d’autres s’épanouissent davantage dans des régions tempérées. Plus il y a de soleil, plus le raisin est mûr donc sucré. À l’inverse, moins il y a de soleil, plus le raisin est acide. Des raisins gorgés de soleil donneront plutôt des vins puissants et tanniques pour les rouges ou faiblement acidulés pour les blancs. L’acidité permet de rendre le vin plus dynamique et léger en bouche ainsi que de développer certaines saveurs subtiles. Tout dépend donc de ce que l’on veut privilégier, trop mûr c’est lourd en bouche, trop d’acidité ça vous arrache les gencives !

Vous pouvez souvent voir des vignes plantées sur des collines, eh bien c’est tout simplement pour les exposer un maximum au soleil grâce à l’inclinaison.

Certains facteurs climatiques peuvent s’avérer particulièrement destructeurs, comme le gel ou la grêle. Ce type d’intempérie peut ruiner tout le travail réalisé en amont en détruisant la récolte. Certaines régions trop froides ou trop pluvieuses ne sont donc pas adaptées.

Ces ingrédients, la terre, la pédofaune, l’exposition et le climat, c’est ce que nous appelons le terroir ! C’est l’ensemble de toutes les petites spécificités d’une parcelle géographique qui permettent alors de donner des vins uniques. Prenons un exemple pour illustrer. Dans une même région, il existe plusieurs microclimats avec des sols différents d’une parcelle à une autre, ainsi qu’une inclinaison plus ou moins forte. Associez à cela une quantité de cépages différents avec pour chacun c’entre eux plusieurs clones (variantes d’un même cépage) et des multiples savoir-faire, vous comprendrez pourquoi il existe une telle diversité de vins !

 

Et le savoir-faire alors ?

Le savoir-faire des hommes et des femmes, c’est la valeur ajoutée au terroir ! C’est ce qui donne l’âme d’un vin. Il suffit d’une mauvaise vinification pour que vos beaux raisins ne donnent qu’une vulgaire piquette ! Mais tout ne se résume pas à la vinification… L’entretien des vignes, le rendement choisi, les vendanges, les méthodes de traitement et toutes les autres petites actions du quotidien prennent toute leur importance dans l’élaboration d’un vin. C’est d’ailleurs lors des pires années que les meilleurs talents se révèlent !

Les moments de récoltes durant les vendanges peuvent s’avérer cruciales pour l’élaboration d’un vin. Lorsque la pluie menace le timing est extrêmement important : récolter les raisins pas encore totalement mûr afin d’éviter l’averse c’est amoindrir la qualité du jus et attendre c’est risquer que la pluie imbibe les raisins et dilue le jus. C’est là que le flair et l’expérience prennent toute leur mesure !

 

Si nous résumons, nous pouvons comparer la vigne à un être humain. Celle-ci a besoin d’être bien alimentée et doit s’adapter au climat. Par ailleurs, sa bonne croissance dépend également d’un savoir-faire et d’une sagesse d’hommes et de femmes qui lui permettent de s’épanouir. Et comme vous et moi, elle préfère certaines régions à d’autres !

Ou encore en poésie : « Les grands terroirs sont comme un concert, le terroir est la partition, la vigne est l’instrument et le vigneron est l’interprète. » Lydia Bourguignon

 

 

Articles similaires:

  • http://www.vinblog.fr vinblog

    Félicitation, super intéressante cette approche du terroir.

    • http://www.aladecouverteduvin.com Julien

      Merci, n’hésitez pas à partager l’article.

  • http://www.lamourduvin.com Fred de lamourduvin.com

    Très belle article, approche intéressant. je fait partager sur ma page!